GEMTRADE, euh... la traduction sous GEM!

Retour à la liste des articles
Il était fort logique que GEMTRADE 3 succédât à GEMTRADE 2, autant que Louis XVI à Louis XV. Que nous réserve ce petit roi de la traduction? Une révolution? La fin du monopole des polyglotes qui s'abreuvent des documentations allemandes et anglaises face aux masses monoglotes cliquant au petit bonheur dans des softs incompréhensibles? Allons-nous tous enfin recevoir la bonne parole autrement qu'en latin? Sus aux curés, sus aux nantis, à nous les LIESMICH et les README! Citoyens de Paris et de Gaule en général (des fois, je me dis que j'en fais trop), tous à la Bastille!

Ça aurait pu mal commencer...

Après avoir téléchargé le ZIP, je le dézippe et me retrouve avec un bel exécutable de 1Mo suivi de son fidèle ressource. Et je me dis que je vais lire la documentation pour comprendre comment il marche ce traducteur. Sauf que si elle est en allemand ou en anglais... Ça aurait pu mal commencer, mais par bonheur, il n'y a pas de documentation!


figure 1: le dialogue principal, admirez la simplicité!

Ils ont fait fort!

En fait, c'est à dessein que j'ai parlé de cette documentation fantôme. Car quoi de plus ridicule qu'un programme de traduction inutilisable à cause d'une documentation étrangère?

Je crois surtout que c'est la haute opinion que j'ai de moi même qui me pousse à me moquer des autres. Certains de mes rares amis ont voulu m'en parler, mais je me suis dérobé à une discussion véritable par des ricanements dont intérieurement je ne suis pas fier. Maintenant je suis seul, plus amer que jamais. Réduit à tester des softs pour, par le biais d'un article, parler un peu de moi... mais, je dois reprendre le dessus, surtout ne pas ennuyer le lecteur par des considérations personnelles.

Alors, les auteurs ont fait fort: la doc est inutile car le programme est terriblement bien fait. D'une simplicité étonnante. Une seule boîte permet de gérer l'opération (figure 1). Vous sélectionnez le texte à traduire ainsi que la langue d'origine et celle de destination (6 combinaisons possibles entre l'allemand, l'anglais et le français, figure 2). Un nom par défaut vous est proposé pour le fichier traduit. Vous pouvez éventuellement le modifier. Ensuite un clic sur l'icone de traduction lance l'opération.

Un pourcentage vous indique la progression des travaux afin de vous faire patienter pendant la traduction. Des statistiques (nombre de mots traduits sur nombre de mots lus) sanctionnent le résultat, vous donnant ainsi un indice de la qualité de ce que vous allez lire (figure 3).

Les petits "plus"

De l'intérieur de GEMTRADE, vous pouvez visualiser le fichier source ou le fichier destination. Ça n'a l'air de rien, mais ça permet de contrôler la langue d'origine, par exemple, sans avoir à quitter le programme!

Si le fichier source contient de nombreux tableaux de nombres, ou des listings de programmes qui pourraient affaiblir les performances du traducteur, vous avez également la possibilité d'éditer afin de couper ce qui est inutile à traduire. Vous pouvez imposer votre éditeur favori et garder ainsi vos habitudes de travail. Pour moi, ce fut EVEREST.

Il existe un mode direct dans lequel vous demandez simplement la traduction d'un mot. Vous obtenez alors son correspondant. Par exemple, avec l'option "Allemand vers Français", essayez LUSTIGE, vous verrez, c'est amusant!


figure 2: Je donne ma langue au choix!
Encore une possibilité, mais je n'ai pas pu la tester, c'est l'utilisation conjointe avec CAB pour la traduction simultanée des pages WEB étrangères sur lesquelles vous surfez. Pour résumer, GEMTrade devient un module étendant les possibilités de CAB.

Du concret! Du concret!

J'ai choisi une documentation d'un programme que je n'ai jamais utilisé et dans une langue que je ne connais pas afin que ma compréhension de la traduction ne soit pas influencée par mes connaissances.

Trop souvent ma femme, mon ex-femme devrais-je dire, m'a reproché la rapidité et l'intransigeance de mes jugements tirés de ma grande expérience du monde qu'elle confondait avec des à-prioris ou avec des lieux-communs qui nourissent les esprits faibles et peu critiques. C'est bête que je vous en parle ici, ma femme, enfin mon ex-femme, ne lit même pas TTT. Elle n'a jamais fait d'effort pour qu'on communique réellement. Enfin, c'est du passé et j'ai vraiment tourné la page et je ne pense plus du tout à ma femme, enfin à mon ex-femme.

J'ai opté pour STTRANS avec sa petite doc en allemand. Je ne vais pas vous copier l'entière traduction, en voici un extrait:

"Il nécessite un(e) connexion avec un(e) zéro-Modem-cable entre son/votre Atari ST/STE/TT et PC ou Portfolio (ce(lui)/cette/celle va naturel(lement) seulement avec série interface). De même nécessite il le/la programme PCTRANS chargeable sur son/votre PC ou PFTRANS sur son/votre Portfolio."

Bien sûr, ce n'est pas du Shakespeare, et pour cause, il parlait anglais. Mais on comprend aisément que:

"Vous avez besoin d'une connection avec un cable Null-Modem entre votre Atari et votre PC ou Portfolio (naturellement, il vous faut l'interface série). De même vous devez charger le programme PCTRANS sur votre PC ou PFTRANS sur votre Portfolio."

Voilà toute la philosophie de GEMTRADE: pas de littérature, mais une aide efficace pour comprendre les documentations de ces indipensables utilitaires faits à l'étranger.

INFOS INFOS

La nouvelle version de GEMTrade, à savoir la 3, est d'ores et déjà disponible sur le site d'Europe Shareware: . L'auteur principal est Mark Wherry, il fut assisté de Didier Briel qui a inculqué au programme la langue de chez nous, il n'était au départ que bilingue. Merci au passage à Didier qui m'a fourni tous les renseignements et qui a patiemment répondu à mes questions.

Le prix pour une version complète est de 16 euros, c'est à dire 105 francs, vous l'aviez déjà trouvé de tête.


figure 3: les statistiques et les bulles d'aide!
Une BM sinon rien

Et oui, on se dit que traduire c'est chouette, que ça ne sert à rien d'avoir un gros PC goinfré d'utilitaires à l'utilité contestable, que son bon Atari est encore opérationnel malgré les années, qu'il connait plein de langues, et tout et tout. Il vous faudra néanmoins une installation plutot complète pour que GEMTrade donne son plein potentiel.

Un système multitaches avec le VA_Start sera indispensable pour appeler votre éditeur, sous TOS de base, pas d'édition possible depuis le traducteur. Un AES récent vous fera profiter des icones couleurs, mais ça reste tout à fait utilisable sans ça. La présence de ST-Guide en accessoire vous donnera enfin accès à une documentation très bien conçue et en français, s'il vous plait. Les formulaires proposent tous un bouton d'aide qui vous emmène directement dans le chapitre concernant le formulaire en question. Pas besoin de parcourir l'arborescence de l'aide hypertexte.

Pour finir, un coup de BubbleGEM affiche cette fois une aide en bulles au dessus des principaux boutons et champs des formulaires (figure 3). Cet accessoire fonctionne quelque soit le TOS, l'aide que l'on obtient dans les bulles, à la Windows-manière, est en anglais, mais seulement dans la shareware version.

Autant dire que sur un 68000 avec une RAM étriquée et un TOS antédilluvien, vous ne profiterez pas à 100%, ni à 50% non plus, de l'immense puissance de GEMtrade. Et puis de toutes façons, le programme dépassant le méga, vous aurez du mal à le loger sur vos disquettes...

Mais reconnaissez que même Atari s'est rendu compte qu'un STE ne peut pas tout faire puisqu'ils a sorti le TT et le Falcon. Ne restez pas des compile-petit, aérez vos octets dans quelques mégas de RAM, ayez le disque dur et le MHz généreux: en un mot, soyez ambitieux.

Il me revient cet épisode de ma vie ou j'ai décidé de mettre mon TT en tower. Comme tous ceux qui s'y sont essayés, le problème majeur est celui des connecteurs qu'il faut reporter à l'arrière. C'est là que m'est venue cette idée de génie: faire un tower tout en conservant le boitier original puisqu'en effet, sur celui-ci, les connecteurs sont déjà reportés.

J'ai travaillé d'arrache-pied des jours durant, j'ai conçu des plans, crayonné un nombre incalculable d'ébauches, contacté des sponsors. A l'issue de ce travail sont venus les premiers essais. Il me fallait mettre le boitier desktop à la verticale. Tout le problème résidait dans l'équillibre de ce boitier. Je crois que j'avais énormément progressé sur ce point. Mais à ce moment, ma femme, je veux dire mon ex-femme, a pris peur sur ce projet qui prenait des dimensions effrayantes pour elle. Elle m'a trouvé trop ambitieux. C'est bête, mais à l'époque j'aurai fait n'importe quoi pour elle, j'ai décidé de tout abandonner: les problèmes d'équillibre, les plans, les sponsors, tout. De toutes façons, ce con de boitier n'arrêtait pas de se casser la figure, j'allais bouziller mon TT et mon ménage: ça ne valait pas le coup. Excès d'ambition...

Y'a du plomb dans les chaussettes

Tout n'est pas rose au pays des traducteurs. Il faut dire que je n'ai qu'une version Béta en main et que certains points vont rapidement évoluer. Mais voici quelques critiques:

- les traductions à partir de l'allemand disposent d'une vitesse raisonnable (30 mots par seconde sur mon TT), par contre, dès que la langue d'origine est l'anglais ou le français, ça chute vertigineusement au dixième (3 mots par seconde). Les dictionnaires sont indexés sur l'allemand, cette langue est un peu comme la langue maternelle de GEMTrade. Tout autre lui demande un effort de double traduction. C'est comme quand votre ami Antonio vous demande de vous arranger le coup avec Shirley. Chaque phrase en espagnol est d'abord repensée en français avant que vous ne la sussuriez à nouveau en anglais tout en ajoutant qu'Antonio est un pauvre type esseulé et que vous êtes un ami formidable et dévoué cherchant à lui venir en aide, mais que vous comprenez bien qu'elle ne veuille pas de lui et qu'elle préfère quelqu'un de solide et bien dans sa peau et libre tout de suite et parlant couramment l'anglais.

- avec ce défaut de vitesse, on regrette l'absence d'une touche d'arrêt (comme ESC). En effet, si j'ai lancé par erreur la traduction d'un gros texte, je ne veux pas attendre 7 minutes pour reprendre la main; ben oui, c'est ce que peut durer la traduction de 1000 mots d'anglais en français! (ceci pourrait être ajouté prochainement)

- je me dis en passant, que 3 mots par seconde, ça devrait pouvoir s'afficher en temps réel dans une petite fenêtre qui fait que l'utilisateur, au lieu de poireauter, pourrait lire en même temps que GEMTrade travaille.

- d'un autre coté, on ne passe pas ses journées à traduire des documentations... Même si le temps parait long, c'est un travail réalisé une seule fois, et au vu des bons résultats (nombre de mots traduits par rapport au nombre total de mots), ça vaut le coup de patienter pour pouvoir utiliser un soft de manière optimale.

Oui, mais des chaussettes extensibles ma bonne dame!

On se souvient tous de ces superbes jeux au principe simple qui disposaient d'un éditeur de niveaux (allez, comme ça, il me revient à l'esprit le magnifique GO-UP en monochrome). Que d'heures de bonheur à créer nous mêmes les pièges dans lesquels nous allions tomber!

GEMTRADE vous redonne ce frisson avec son dictionnaire USER (utilisateur). Pour l'instant, seul la partie Allemand/Anglais est extensible, mais il est prévu que les liens avec le français le seront aussi. A chaque mot non reconnu, une plongée dans votre Larousse papier vous permettra d'étendre les capacités du programme à un vocabulaire spécialisé adapté à vos besoins.

Par ailleurs, comparé à d'autres programmes comme XLator, les dictionnaires de GEMTrade sont immenses: 20000 mots, et l'auteur compte bien en ajouter encore.

C'est un shareware

Ben oui, mais c'est quoi cette manie d'associer systématiquement générosité et partage avec l'argent? Jusqu'à la dégoûtante page WEB de M_PLAYER ou l'auteur, que je ne nommerai pas, répertoriait avec une malsaine précision au dixième l'origine géographique ainsi que le type d'ordinateur des généreux donnateurs l'ayant soutenu dans son développement; lui qui gagne grassement sa vie par ailleurs. Des comptes d'épicier avare.

Moi, je n'ai jamais rien donné, jamais je n'achète un shareware. C'est encourager la flemme de l'auteur. J'en ai fait de même avec mes enfants: pas un sou, jamais d'argent de poche mais une égale répartition des châtiments. Si je giflais l'un, alors je giflais l'autre. Il n'aurait pas compris mon excès d'attention pour son frère, il devait lui aussi bénéficier de ce geste semi-circulaire et éducatif. C'est suite à des entraînements réguliers et rigoureux que mon geste punitif a su trouver son équilibre au fil des années.

D'une gifle à l'autre, je peux, sans vantardise, assurer que ma force de frappe était exactement la même. Mais, de manière incompréhensible, voyez comment la vie est cruelle, ces enfants que j'ai toujours traîtés avec équité refusent de me revoir. Quand ai-je fait une erreur? Lequel aurai-je frappé moins fort? Quand aurai-je montré une once de préférence pour la joue de l'un ou pour celle de l'autre?

Ma femme, je veux dire mon ex-femme, s'est immédiatement glissée dans la brèche et entretient ce ressentiment, cette jalousie fratricide pour éloigner mes enfants de moi. Je le sais, eux non plus ne lisent pas TTT, mais c'est plus fort que moi. C'est vrai quoi, finalement à quoi me sert de communiquer en allemand et en anglais avec GEMTRADE si je suis incapable de me faire comprendre en français de ma femme, enfin de mon ex-femme, et de mes enfants?

Ecrit sous le pseudo Arachide



Retour à la liste des articles

Depuis le 15 décembre 2007